Et personne n’oublie la série La Casa de Papel !

Sorti le 2 mai 2017 en Espagne, La casa de papel est une série thriller produit par Álex Pina et proposé sur les écrans par Netflix gratuit à partir du 20 décembre de la même année. Cette série met en évidence une histoire de braquage avec des scènes improbables, à retentissements et où le suspens règne en maître. Mais comment expliquer qu’une série dont la production est l’une des moins suivies dans l’hexagone ait réussi à devenir aussi vite populaire et à s’imposer comme un phénomène mondial ? Il faut croire que la recette de ce succès n’est rien d’autre que le divertissement malin proposé par les producteurs et joué de mains de maître par les acteurs espagnols.

Casa de papel : la surprise de l’année 2018

C’est l’histoire d’une vie, d’un braquage qui a été planifié pendant plusieurs années. Et à la tête du projet se trouve un seul homme dont personne ne connait le véritable nom, du moins ses associés : Le Professeur.

En effet, la série met en exergue un groupe de huit braqueurs dont l’objectif est de prendre d’assaut la Fabrique nationale de la monnaie et du timbre espagnol. Depuis l’extérieur de la Fabrique, Le Professeur dirige le plus gros casse du siècle. Mais entre évènements improbables et suspens, parviendront-ils à réaliser leur coup ?

Grâce à votre netflix gratuit, vous n’aurez pas pu rater le déroulement de la saison 2, dont le premier épisode a été diffusé le 6 avril sur la plateforme.

Une saison 2 un peu mouvementée

Le deuxième opus de la série dévoile le déroulement du casse sous tous ses angles. On peut donc assister à plusieurs actions telles que :

  • L’éviction de Tokyo et son retour au sein du groupe

Alors que le professeur est retenu par Raquel, Berlin prend les rênes du braquage. Mais puisque l’équipe refuse de se conformer à sa méthode et surtout Tokyo qui veut en faire à sa tête, Berlin la ligote et la pousse vers la sortie où elle cueillit par l’équipe d’assaut. Mais une fois qu’elle réussit à s’échapper après avoir été brièvement interrogée sur l’identité du professeur, elle réalise qu’elle n’a d’autre alternative que de rejoindre la fabrique où ses coéquipiers sont terrés.

  • Le départ de Moscou

Le départ de Moscou ou plutôt sa mort est plutôt le moment le plus émotif du second opus. Touché au niveau de l’estomac en voulant protéger Tokyo, Moscou succombera plus tard de ses blessures, devant l’équipe de braqueurs qui ne put s’empêcher de fondre en larmes.

  • L’association Monica-Denver

L’amour naissant entre Monica et Denver est également l’un des scénarios les plus improbables de cette série. Contre toute attente, Monica, celle qui était une secrétaire soumise aux ordres d’Arturo, décide de se rallier à la cause des braqueurs.

  • Le vrai visage du professeur

Le plan du professeur est sur le point de tomber à l’eau, puisque les officiers en charge de l’enquête ne baissent pas les bras. Pour preuve, l’enquête avance à grands pas et Raquel découvre un autre visage de Salva, celui-ci dont elle est en train de tomber amoureuse également connu sous le pseudonyme d’El Professor. Qu’adviendra-t-il alors de cette découverte ? Doit-elle écouter son cœur ou la voix de la raison ?

  • L’incertitude d’un scénario retentissant

Le suspense jusqu’au bout. On ne pouvait, à aucun moment, prédire l’issue de la série. Il a donc fallu attendre les dernières minutes du dernier épisode pour apercevoir la lumière au bout du tunnel. Les braqueurs s’en sortent et emportent avec eux le butin de leur casse.